Peau de serpent 1b

 

    Sébastien Grenier, peintre et photographe,  place le rapport à la nature au centre de son travail artistique. C'est une direction prise instinctivement depuis plus de dix ans et qui s'inscrit dans un parcours initiatique personnel. Il envisage la nature en tant que forme d’une vérité incarnée, un ensemble de forces et prône un certain retour au "primitif", au "wilderness".

Explorant les moyens par lesquels l'homme pourrait instaurer de nouveaux échanges avec elle et par "imprégnation" se resituer en son sein, il s'interroge sur notre relation physique au monde et en vient à redéfinir les fondements de l'identité, son origine, ses contours. Celle-ci devient alors multiple, protéiforme, mouvante.

Il témoigne ainsi autant d’une volonté d’établir des rapports davantage spiritualisés avec l’environnement, que d’une nécessité de rendre la nature à notre vue, à notre mémoire, cette mémoire qu’il qualifie à la fois d’intime et de collective qui nous fonde et nous relie.